A venir   Le  08 Déc 2019   Concert de Noel  Venez nous voir, venez faire la fête ! 

   
C’est en 1934 que la Gerbe d’Or a été fondée. A sa création, elle regroupait diverses activités sportives et musicales pour devenir au fil des ans, une formation complète de batterie-fanfare avec harmonie.
En 1966, un groupe de Majorettes voit le jour et depuis, ses dirigeants sont fiers de pouvoir présenter une des seules troupes de la région qui a su préserver toute l’authenticité du style « Majorette », importé des Etats-Unis après 1945.


Actuellement avec plus de 30 éléments, les majorettes, par leur sourire et leur grâce, remportent un franc succès auprès du public à chacune de leurs sorties. D’autant plus que La Gerbe d’Or accorde une grande importance à la cohésion des deux groupes Musique et Majorettes pour offrir un spectacle de qualité.

Les majorettes obtiennent un palmarès fort honorable lors de leurs participations aux concours :
1er prix pour les grandes et 2ème prix pour les moyennes en 1999 à Pessac ,…
et les derniers en date, prix d’honneur pour les grandes et 2éme prix pour les moyennes à Lavelanet.
En 2005 à Saint-Lys (31) le groupe des grandes obtient un 1er prix et celui des moyennes un prix d’honneur.
En 2018 La Gerbe d'or organise le Championnat de France de Majorettes et obtient de bons résultats qui se traduisent par une participation aux Championnat d'Europe en Croatie .



Résultats aux concours pour la Musique

1984 Concours National à Langon (33) 2ème prix
1986 Concours National à Rochefort/Mer (17) Prix d’Honneur
1987 Concours Fédéral à Belleville-sur-Saône (69) 1er prix
1988 Concours National à Salon-de-Provence (13) Prix d’Honneur
1989 Concours Fédéral à Pessac (33) 1er prix ascendant
1990 Concours National à Tonneins (47) 1er prix
1992 Concours Fédéral à Soulac/Mer (33) 1er prix
1993 Concours Fédéral à Tonneins (47) 1er prix
1996 Concours National à Seyssel (74) 2èm prix
1998 Concours Fédéral à Lavelanet (09) 1er prix ascendant
1999 Concours Fédéral à Pessac (33) 1er prix ascendant
2002 Concours National à Clermont-Ferrand (63) 1er prix ascendant
2006 Concours National à Paris Pour le Centenaire de l'UFF 1er prix Lauréat du jury
2010 Concours National à Mulhouse(68) 1er prix ascendant


Depuis 1979, la Musique est affiliée à l’U.F.F.(Union des Fanfares de France) et participe régulièrement à ses concours nationaux et fédéraux
C’est en 1995 que la Gerbe d'Or adhère à la C.M.F. et est classée cette même année en 1ère division lors du Concours Fédéral C.M.F. - U.F.F. de Saint-Lys en Haute-Garonne.
La Gerbe d'Or regroupe actuellement plus de 35 musiciens et évolue depuis 1999 en division supérieure.
Elle participe aussi à de nombreuses fêtes locales dans notre département, mais aussi à de grandes manifestations comme :

La Fête des Fleurs de Luchon (31)
La Fête de Foix (09)
Le Carnaval d’Albi (81)
La fête de Saint-Affrique (12)
Corso fleuri de Rieupeyroux (12)
Le Carnaval de Pallavas Les Flots(34)
Seo de Urgel (Espagne)
La Saint-Privat à Carmaux (81)
Participation au tournage du film « Contre la montre »
La fête du Cassoulet à Castelnaudary (11)
Les fêtes de Mende (48)


En 2004, à l’occasion de son 70ième anniversaire, la Gerbe d’Or a organisé, sur l’intercommunalité de Saint-Loup-Cammas un festival concours national, rendez-vous de nombreux groupes amateurs et professionnels. Elle a aussi enregistré un CD pour permettre à son public d’écouter son répertoire musical, tout aussi varié que divertissant.


En 2006 à l’occasion du centenaire de l’ Union des Fanfares de France, la Gerbe d’Or a participé à Paris au concours national réunissant 108 formations musicales et de majorettes françaises et étrangères. Elle eut l’honneur de donner une aubade sur l’esplanade du Carrousel du Louvre, de participer à la Cérémonie officielle à l’Arc de Triomphe et de descendre en défilant le Champs de Mars au pied de la Tour Eiffel.


En 2010, à Mulhouse, la Gerbe d'Or participe à la première CAMPA (Coordination Animation Musicale et Pratique Amateur), aux premières Olympiades (Regroupement de toutes les fédérations de Musiques et Batteries Fanfares) et au concours national. La Gerbe d'Or obtient un premier prix.


En 2014 l'année de ses 80 ans, la Gerbe d’Or a changé de chef. En effet Patrice abandonne la Direction musicale et rejoint le pupitre des trompettes. Il est remplacé par Johan Lava qui a débuté à la Gerbe d'Or et est devenu musicien professionnel.


Aujourd’hui, avec plus de 40 ans d’existence pour le groupe des Majorettes, actuellement sous la responsabilité de Céline Itier, et plus de 80 ans d’existence pour le groupe des Musiciens conduit par Johan, la Gerbe d’Or est fière de présenter une formation homogène de plus de 65 exécutants.

Le Roman de la Gerbe D'or : de Pechbonnieu à Saint Loup Cammas  

Il était une fois l’histoire d’une association des coteaux  Bellevue.

Tout a commencé en 1934, avec l'arrivée à Pechbonnieu de l'abbé Georges Despax.  En se tournant vers le baron Pierre de Lassus qui va prêter le parc de sa propriété de Pechbonnieu, l'abbé Despax va développer la gym et la musique auprès des jeunes.

Toutes les semaines il y avait au village de Pechbonnieu  à côté de l’église, sur la place du village, au presbytère, les cours de catéchisme. Les jeunes gens étaient heureux de venir se retrouver  entre camarades. Après l’école il n’y avait  guère  d’occupation  pour les enfants en ce temps là. Un jour, lorsque la bande de copain est arrivée.  Le prêtre avec son énergie habituelle les attendait. Soudain ils  aperçurent  à ses côtés un homme qu’ils ne connaissaient pas. C’était un de ses amis qui était professeur de gymnastique ! Et quelques instants plus tard les voilà démarrant les entrainements de gym.
Les garçons étaient rassemblés autour de la gymnastique, les filles , se retrouvaient entre elles dans la section que l’on appelait les " bérets bleus " avec les sœurs dominicaines de Saint Loup Camas. Elles leur donnaient des cours de cuisine, de jardinage, de couture… les bonnes manières quoi ! .

Les petits loupiots des communes sont venus régulièrement suivre les  séances de gymnastique et l’abbé Despax qui avait eu cette idée, n’en revenait pas.

Le prêtre, qui ne connaissait pas la musique, s'est intéressé aux répétitions de deux frères, Moreno et Louis Canciani qui jouaient tambour et trompette.Ainsi, il créa également une section musique. Il  apprenait à jouer du tambour ou du clairon. Les répétitions avaient lieu dans une salle de la cure, à côté de l'actuel foyer rural. Les musiciens accompagnaient de leurs airs les parades de gymnastique.  La Gerbe D'or était née.

L’Association était adhérente à la Fédération des patronages de France. La Gerbe d'Or partaient en bus pour faire des concours à Saint Jory, ou à Lalande. Même s’ils n’ont pas gagné à chaque fois  ils s’y sont bien amusés. Les 10 et 11 juillet 1937, lorsque  la fédération regroupe à Paris 900 associations, 33 000 gymnastes et musiciens à l’occasion de l’Exposition universelle, la gerbe d'or était présente pour un défilé au parc des princes !! .

Quelles années merveilleuses, pleines de joie, d’insouciance et  de fous rires, de concours gagnés, qui se sont paisiblement écoulées.

Puis soudain  éclate  la seconde guerre mondiale et nous avons vécu une période durant laquelle certains ont été appelés dans les rangs. Il n’y avait plus d’activité à l'association. Après la guerre, il a fallu beaucoup de temps pour que tout redevienne comme avant. Quelques années bien  plus tard, en 1964, l'association  a enfin repris ses activités et l’accent a été mis sur la  musique. L’Abbé avait réussi à obtenir d’un peu partout, des nouveaux instruments : des saxophones..., des trombones..., des trompettes..., des clarinettes…, des basses, des clairons, des tambours, la grosse caisse, les cymbales.

De nombreuses heures de répétitions ont été nécessaires pour réussir à maîtriser ces binious. Mais nous y sommes arrivés, bien évidemment et voilà comment une batterie fanfare a été créé.

Durant sa détention pendant la guerre, l'Abbé Despax a vu évoluer des jeunes filles précédant les fanfares. A son retour pendant longtemps il a essayé à faire de même. C'est ainsi qu'est né en 1966 la section majorette. Comme les garçons, les filles pouvaient elles aussi participer aux activités. C’était nouveau, avant-gardiste  et tout simplement génial pour l’époque !!! Il a fallu beaucoup de travail pour arriver à un résultat. Des heures et des heures de répétition...  le  chef de musique allait et venait entre les répétitions de la fanfare et les chorégraphies des majorettes..

A la sortie du village on pouvait entendre  parfois des aboiements derrière une lourde porte, interdisant   l’accès  à un enclos,  sur laquelle un panneau qui  attirait l’œil indiquait «  élevage de setter irlandais - sonnez ». Mais ce qui est encore plus surprenant c’est que le prêtre faisait cet élevage  pour pouvoir acheter le tissu ! Les premiers costumes des majorettes ont été confectionnés par des dames du village. Le costume était dans le style d'origine avec bottes blanches, shakos à plumes, robes courtes et bien sur baguettes.

Dès le mois de juin, un premier défilé à Aire sur Adours, tous ensembles, musiciens et majorettes rassemble toutes les forces et fait battre intensément les cœurs des filles et garçons enfin réunis !!!! Tous jubilent intérieurement car Il faut le dire,  c’est le premier groupe de fanfare avec majorettes dans la région et tout le village est mis à contribution. Par la suite, les autres formations voisines ont suivi  cette nouvelle mode.

Dans les années 70, l'effectif de l'association a  considérablement augmenté 120 exécutants, dont près de 65 majorettes qui animent de nombreux défilés dans le département mais aussi les grandes fêtes. Quelque temps après l'adhésion  à la Fédération française des majorettes et les musiciens à la l'Union des fanfares de France de nombreux prix ont été remportés aux concours nationaux.

Ah les concours ! C'était des déplacement en bus sur plusieurs jours avec nos familles, nos supporters, et parfois même le maire du village ! Ils partaient un peu partout en France, près de l'océan, près de la mer, près des volcans, près des alpes. Lorsqu'ils arrivaient devant le jury, je peux vous dire qu'ils avaient le trouillomètre à zéro... Et après les représentations, c'était le temps des remises de prix. Lorsqu'ils gagnaient, ils avaient même le droit de boire un coup dans la coupe. Puis ils rentraient au son d' "Allez la gerbe d'or" !!! Les musiciens et les majorettes ont toujours été très unis même si parfois il y avait quelques chamailleries. Oh je me souviens, un jour elles ont vu rouge à cause de photos que la musique avait faîte avec les majorettes de Limoges et leurs très belles plumes... Mais cette plaisanterie a été vite oublié et tous été impatients de rentrer à la maison pour raconter leur exploits.

En 1984, au concours de Langon,  ils ont obtenu  le 2e prix. Puis en 1986, le prix d'honneur à Rochefort sur mer, et cela a continué et même  progressé puisqu’en 1988, ils ont reçu le prix d'honneur au concours de Salon de Provence. Et croyez-moi les majorettes n’étaient pas en reste.

A chaque fois, ils étaient tous très heureux de représenter leur association et fiers de participer à des concours nationaux aussi prestigieux.

Un soir de juin 2006, c'est une véritable expédition qui démarre de Saint Loup Cammas. Malgré le stress, le voyage qu’on s’apprête à faire sera plein de rebondissements. Mais au final ce sont de gigantesques bons souvenirs qui resteront en récompense. Le moment est venu pour moi  de vous dévoiler la destination de ce périple. Oui, en 2006 Paris  nous ouvre les bras pour un deuxième séjour, 70 ans après celui de 1936, pour les 100 ans de l’Union des fanfares de France. Nous avons passé toute la nuit dans le bus et à peine arrivé, la vie de château nous attendait à Versailles et dans ses jardins, c’était grandiose ! Très vite installés dans notre chambre, nous sommes repartis pour jouer au Carrousel du Louvre. Certains se sont endormis, il a fallu les secouer. Et nous voilà sous la tour Eiffel pour une dernière répétition, puis ouf, pile à l’heure pour une belle prestation devant le public Parisien car faut dire qu'avec les chauffeurs provinciaux c'était difficile de se repérer dans la capitale. Le Coq Lavelanétien et la fanfare municipale de Blagnac étaient là aussi avec les 100 fanfares venues de toute la France., pour le grand défilé depuis les Champs Elysées jusqu’à l'Arc de triomphe ! Le lendemain un gigantesque concert sur le Champs de Mars, avec plus de 5000 musiciens a impressionné tout le monde. Nous avons même eu la chance de rencontrer des groupes professionnels très talentueux, venus de toute la France et même de l'étranger. Avant «  Paris by night »  une très belle soirée à côté du Moulin Rouge était une nouvelle  récompense après le 1er prix du jury que les musiciens avait obtenu le matin au concours national. Que de bonheur emplissait toutes les têtes

Aujourd'hui le nom de l'association est resté « LA GERBE D’OR » même si tous ces champs de blés, évoquant une gerbe couleur or, ont presque complément disparu au profit des maisons.